✓ Teletravail et reseaux sociaux

Episode 06 - 23 juin 2021

L'écran a envahi mes journées. Ce n'est pas un scoop. Entre loisirs, travail, contacts, j'ai vite fait de me laisser engloutir et ça me laisse toujours un arrière-gout de vide. En tant qu'auto-entrepreneuse en télétravail, je m'oblige à garder du recul et à rompre les habitudes mécaniques pour garder un équilibre et ne pas devenir l'outil de mon outil …

teletravail-ecrans-et-reseaux-sociaux

Le temps d'ecran est pire que ce que l'on croit

C'est comment chez vous? Moi, je passe de plus en plus de temps derrière un écran. D'abord par plaisir parce que j'aime les écrans comme loisir (gameuse sur Steam ou échecs en ligne, recherches diverses et variées, shopping), mais aussi comme partage (Netflix en famille, jeux vidéos avec mes enfants, contacts avec les proches via WhatsApp, sms...).

A ce temps-là je dois rajouter aujourd'hui le temps professionnel maintenant que je suis entrepreneuse  et que je travaille à la maison (recherches Internet, création et entretien du site Web, tenue des comptes, rédaction des articles, montages vidéo, réseaux sociaux, mails...).

Quand je me retourne sur mes journées, ça fait peur. Ca fait même pire que peur! 


Le bon ecran et le mauvais ecran

Et oui c'est comme dans le sketch des Inconnus. Le mauvais écran pour moi il a un nom : les réseaux sociaux. En effet, j'aime l'écran quand il est actif (et il l'est souvent!), source de jeu, d'information, de découvertes, d'échanges, d'apprentissage. Là je me régale et ça me remplit.

Mais les réseaux sociaux n'ont pas du tout cet effet-là. Attention, il y a une part positive, instructive et enrichissante aux réseaux sociaux, mais il y a aussi le côté sombre et il est très dur de ne pas se laisser happer. Pour moi, c'est clairement la même mécanique que pour une drogue. Quand je me mets à cliquer à la moindre seconde d'inactivité, je navigue et j'entre dans une espèce de transe où les posts défilent et je n'arrive plus à me détacher de l'écran. Il se passe souvent 15 bonnes minutes entre le moment où je me dis "j'arrête" et le moment où je quitte vraiment la page (et parfois j'y reviens 2 secondes après parce que je pense à une nouvelle chose.)

Ce temps-là est du temps toxique dont j'aimerais me passer. Mais je n'y arrive pas. D'une part c'est difficile en soi de s'arrêter, parce que les procédés pour nous rendre accros sont hyper efficaces, d'autre part quand on est obligé d'aller sur les réseaux sociaux pour le boulot, bah là on n'a vraiment aucune échappatoire.


ASTUCES POUR GARDER UN EQUILIBRE (VIE PERSO)

Je m'oblige à sortir de chez moi (à pied ou à vélo) au minimum une fois par jour. Au mieux 2 ou 3 fois.

J'en profite pour faire des tâches obligatoires, comme ça je suis sûre de ne pas me défiler. Par exemple je ne vais plus au supermarché une fois par semaine, mais je vais au marché à pieds tous les 2 jours. Ca me prend plus de temps oui, mais c'est aussi un temps de pause, de rencontres et un temps d'exercice nécessaires ;)

Aucun écran dans la chambre la nuit. Surtout pas le smartphone.

Nouvelle résolution: une journée par semaine sans écran (enfin sans notification, sans mail, sans réseaux sociaux etc... mais oui pour un film le soir en famille ou une partie d'échecs!).Ca fait une vraie coupure, un sevrage salutaire.


ASTUCES POUR REGULER Les ECRanS (AU BOULOT)

Je fais le travail préparatoire sans ordi. Par exemple, je mets en ordre mes idées pour les articles au papier et au crayon, c'est déjà du temps en moins derrière l'ordi.

J'essaie de développer au maximum le réseau de proximité même si je suis une boutique en ligne virtuelle. Je prends contact avec les acteurs près de chez moi, les autres commerçants, les collectivités, je m'inscris dans une vie locale et j'y fais vivre mon projet pro.

Je réfléchis avant de m'aliéner à un nouveau concept dit obligatoire pour réussir. Par exemple, ai-je vraiment besoin d'être sur TOUS les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn, TikTok, YouTube..)  ce qui veut dire au final passer un temps fou à gérer les différents supports et les différentes communautés. Oser dire non et me positionner autrement, garder une cohérence, une logique qui m'est propre.   

J'essaie de garder mon esprit critique. Facebook est un outil formidable mais sournois. Je garde du recul sur l'appel à la monétisation permanent, les notifications, les injonctions à toujours +. C'est effrayant et difficile de ne pas céder, car une notification sur 2 encourage à débourser pour booster ses publications.

Je m'oblige à du 1/0. C'est à dire soit je suis sur l'écran soit je n'y suis pas. Quand je fais une pause, je ferme mon ordi et mon téléphone, je ne laisse pas un écran à vue d'oeil, même pour 15 minutes, peu importe, ça me permet de vraies coupures. 


QU'EST CE QUE J'Y GAGNE ?

Quelle que soit l'astuce que je mets en place: à chaque fois que je m'oblige à prendre du recul j'en retire du bénéfique. 1 journée off permet vraiment de casser les reflexes, même si ça revient vite, c'est salutaire. Je sors, je marche, je lis un livre, je ne fais rien. J'attends d'avoir envie de quelque chose et quand je sais ce dont j'ai envie, je le fais. 

Certains jours, je n'arrive à rien de tout ça et je me laisse happer comme un zombi. C'est comme ça, une régression, mais ça n'empêche pas de garder mon cap et d'essayer de trouver le bon équilibre pour garder mon autonomie.

Si vous aimez les articles de mon blog, je publie un nouveau contenu chaque semaine !

Un sujet que vous aimeriez que je partage? Faites-moi une suggestion: ça m'inspire
Boutique en ligne